A l’occasion de la « Paris Healthcare Week » et du lancement de leur brochure, les élèves directrices et directeurs d’hôpital de la promotion Simone Iff publient un entretien exclusif avec Anne-Marie ARMANTERAS-DE SAXCÉ, Directrice générale de l’offre de soins. Elle revient sur les évolutions à venir du métier de directeur d’hôpital avec la mise en place des GHT ainsi que sur les relations entre les directeurs et les Agences régionales de santé dans ce nouveau contexte.

La constitutionarton1100 des Groupements hospitaliers de territoire (GHT) amène les élèves directeurs d’hôpital à réfléchir sur le métier de directeur d’hôpital. On parle de plus en plus d’une évolution vers un métier de directeur « territorial ». Que vous évoque cette formule ?

Anne-Marie ARMANTERAS-DE SAXCÉ : Les GHT vont nous permettre de répondre aux enjeux de demain : le vieillissement de la population, l’augmentation de la prévalence des maladies chroniques, les défis de la juste répartition des ressources et de la démographie médicale, l’essor du numérique et des nouvelles technologies. Ils instituent une logique de parcours et de projet au sein d’un territoire, invitant les acteurs de l’offre de soins à se coordonner, à travers une approche concertée, consolidée et graduée. Ils doivent contribuer à la qualité et la performance des soins prodigués à la population.

Dans ce cadre, les fonctions actuelles de direction d’établissements de santé et de management vont évoluer. L’avenir d’une structure de coopération pertinente et efficace est substantiellement lié à une réflexion stratégique sur son territoire d’influence. Dès 2011, la DGOS, en collaboration avec l’ANAP, a formulé la notion de directeur territorial. Il est évident que la présence d’un « directeur de projet expérimenté, légitime et reconnu à la tête de la structure de pilotage ayant une autorité transversale dans l’institution permet d’accélérer la prise de décision », chaque établissement « avançant dans la même direction et à la même allure. »

Les hôpitaux de demain, plus ancrés sur leur territoire et structurés autour des parcours de soins seront également plus modulaires, plus numériques ouverts sur leur environnement. Il est probable que dans votre promotion, certains d’entre vous auront à exercer notamment des fonctions de management stratégique sur l’organisation des filières intra et extra hospitalier, le pilotage des parcours de soins au sein de l’hôpital et du GHT voire entre GHT, de direction des opérations sous l’angle des parcours et de la performance, des fonctions de directions support élargies au GHT, des fonctions de direction des innovations dans les champs organisationnels, numériques…

L’ensemble des métiers du management vont suivre et s’adapter à cette évolution et de belles opportunités vous attendent !

Comment les directeurs d’hôpitaux, amenés à travailler sur un territoire plus étendu et à penser à l’échelle de plusieurs établissements la construction de leurs filières de soins, pourront-ils travailler avec les ARS ou leurs délégations territoriales ? La création des GHT peut-elle impacter leurs échanges avec les ARS, et dans quel sens ?

Anne-Marie ARMANTERAS-DE SAXCÉ : La création des GHT fera évoluer les interactions entre les établissements et les ARS mais ne va pas fondamentalement les transformer. D’ores et déjà, les ARS dans toutes leurs composantes, exercent avec les opérateurs hospitaliers des fonctions de tutelle et de régulation dans le champ de leurs compétences, en étroite relation avec les partenaires et acteurs de l’offre de soins territoriales. Leurs arbitrages sur l’offre de soins prennent en compte équilibres territoriaux entre les structures, la performance et la gradation des soins, depuis la proximité au recours.

Par contre, les projets partagés de territoire sont surtout l’occasion de définir ensemble le sens et les missions de chacun. Ils encouragent à sortir des relations bilatérales concurrentielles au profil d’une coconstruction multilatérale partagée. Souvent distants de quelques encablures, les établissements connaissaient rarement leurs offres réciproques ! Ce nouveau paradigme doit leur permettre d’atteindre des ambitions plus grandes, à coût marginal décroissant et qualité accrue. Aujourd’hui ils sont incités à unir leurs forces, leurs projets, leurs énergies au service des patients et du territoire. Demain, ces projets prolongeront la logique de décloisonnement impulsé par la DGOS entre les prises en charge sanitaires – ambulatoires et hospitalières – sociales et médico-sociales. C’est surtout sur ce point que les ARS ont leur rôle à jouer.

Propos recueillis par Iris Passy


Selon HOSPIMEDIA : « Directrice depuis février 2013 du pôle établissements de santé au sein de la direction de l’offre de soins et médico-sociale de l’ARS Île-de-France, Anne-Marie Armanteras-de Saxcé a été désignée en novembre 2013 pour diriger globalement l’offre de soins et médico-sociale francilienne » avant d’être nommée Directrice générale de l’offre de soins en Conseil des ministres le 24 mars 2016. « Diplômée de l’École nationale de la santé publique (ENSP, désormais École des hautes études en santé publique, EHESP) en 1982, Anne-Marie Armanteras-de Saxcé a occupé diverses fonctions de direction dans le secteur hospitalier. Elle fut en début de carrière en charge de plans directeurs hospitaliers au sein de l’Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP), puis directrice d’établissements au sein du CHU francilien : hôpital Henri-Mondor (adjointe), hôpital mère-enfant Robert-Debré, groupe hospitalier (GH) Bichat-Claude-Bernard, GH de la Pitié-Salpêtrière. Elle a ensuite exercé la fonction de directrice exécutive du GH Hôpitaux universitaires Paris-Nord-Val-de-Seine de l’AP-HP. En 2010, elle est devenue directrice générale de la Fondation ophtalmologique Adolphe de Rothschild à Paris et, en janvier 2011, déléguée régionale Île-de-France de la Fehap. »

Anne-Marie Armanteras-De Saxcé : « Avec les GHT, de belles opportunités attendent les élèves directeurs d’hôpital. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *