A l’occasion du colloque sur le lean management organisé par les élèves directeurs d’hôpital de la promotion Simone Iff le 9 décembre 2015, le commissaire principal Gilles Ramanitra, adjoint au Directeur des études de l’Ecole du Val-de-Grâce, a abordé avec les EDH les rapprochements entre les activités hospitalières civiles et militaires ainsi que la formation de leurs futurs dirigeants. Il était accompagné de Julie Miramon, Cécile Montier, Astrid Morlat, Antoine Lemelle et Jean-Erwan Vol, élèves commissaires aux armées ayant vocation à rejoindre le Service santé des armées.

Pourquoi cet intérêt pour notre colloque sur le lean management ?

Aujourd’hui, les réformes de l’hôpital militaire et de l’hôpital public convergent. Il est important de mettre en lien les élèves directeurs d’hôpital et les élèves commissaires aux armées qui seront demain en charge des hôpitaux militaires, pendant leur cycle de formation, puis tout au long de leur carrière professionnelle. Cela peut passer par des partenariats, des coopérations, la participation à des groupements hospitaliers de territoire (GHT) ou des réseaux de santé. Il importe donc notamment d’approfondir ensemble des notions communes, telles que le lean management.

DSC_0185(1)

Intervention du commissaire principal Gilles Ramanitra au colloque lean management 

Quels échanges souhaitez-vous que l’Ecole des commissaires aux armées puisse développer avec l’EHESP ?

Les élèves commissaires suivent déjà les enseignements du master « Analyse et management des établissements de santé » (AMES) de l’EHESP à raison de 2 à 3 jours par semaine. L’échange avec les civils est intéressant. Le master, animé par les enseignants-chercheurs de l’EHESP, regroupe en effet des médecins, des cadres de santé, des militaires, des étudiants en formation initiale… Nous étudions des problématiques communes, bien que des différences subsistent. Il importe tout d’abord de maintenir ce partenariat !

Il pourrait aussi être intéressant de développer des binômes entre élèves directeurs d’hôpital et élèves commissaires aux armées pour multiplier les échanges et approfondir des problématiques communes. Les élèves de l’EHESP manquent parfois d’informations sur les hôpitaux militaires. Ils ne savent pas toujours que nous accueillons beaucoup de civils dans nos structures.

En outre, les hôpitaux militaires ne peuvent se passer des hôpitaux civils. Nous allons vers une intégration de plus en plus forte de l’offre de soins. Les coopérations vont se développer, y compris entre directions fonctionnelles. Cela peut aller jusqu’à des fusions de structures civiles et militaires.

Enfin, il faut remarquer que les profils des élèves sont proches. Nous avons souvent fait les mêmes études avant d’intégrer nos formations respectives.

En quelques mots, comment jugez-vous la promotion Simone Iff ?

Vivante et active !

DSC_0373(1)

En haut, de gauche à droite : Mathilde Maguis, EDH ;  Antoine Lemelle, commissaire ; Hervé Blanc, EDH ;  Paul Chalvin, EDH ; Gilles Ramanitra, commissaire principal.

En bas, de gauche à droite : Astrid Morlat, Cécile Montier, Julie Miramon, commissaires.

 Entretien réalisé par Paul Chalvin
Crédits photos : Aude Valéry
EDH et élèves commissaires aux armées : un dialogue renforcé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *